Brigitte Macron: un souvenir super secret de son premier accouchement dévoilé

Publié par : 18 h 24 min Peoples & Co

Brigitte Macron: un souvenir super secret de son premier accouchement dévoilé

Brigitte Macron a eu trois enfants avant d’épouser le président de la République française. En fait, elle et son mari ont environ 25 ans entre eux. L’heure pour Brigitte Macron de se marier pour la première fois et de donner naissance à trois enfants et de les élever. L’éducation est tellement son domaine qu’elle deviendra enseignante. Et depuis que Brigitte Macron et son mari sont entrés à l’Elysée, elle n’a pas laissé dormir cette vocation. Son objectif est toujours d’aider les enfants en travaillant de différentes manières. L’épouse du président de la République racontera alors un souvenir très personnel aux journalistes d’Elle. De quoi rompre le silence autour de la pseudo euphorie des premiers jours après l’accouchement des jeunes mères. Brigitte Macron considère que les aider, c’est déjà aider les enfants.

Brigitte Macron partage les tensions existantes autour du statut de mère

La Première Dame ose aborder un sujet encore très tabou en France. Encore beaucoup de codes sont à déconstruire autour de l’image de la femme et de la mère. L’entreprise est construite pour valoriser les hommes et les femmes sont les rouages ​​de ce système. Pendant trop longtemps, en tant que rouage, ils ont dû suivre la vision que la société avait pour eux. Mais aujourd’hui, il est grand temps de parler ensemble de l’écart entre cette vision et la réalité. Parce que les femmes veulent être à égalité avec les hommes, le temps de la simulation s’effondre lentement. Et il est encourageant de constater que Brigitte Macron participe également à ce programme qui vise à libérer la voix des femmes.

En effet, le tabou autour de l’accouchement n’a pas sa place. Toutes les jeunes mères traversent des moments difficiles et il faut bien oser en parler. Car oser en parler, c’est donc rassurer et accompagner les futures mamans.

C’est aussi mettre fin à ce sentiment de culpabilité. Et surtout, c’est accepter qu’il n’est pas instinctif de s’occuper d’un nouveau-né pour une jeune femme, tout comme pour un jeune homme. Avoir un enfant pour la première fois, c’est comme entrer dans l’inconnu. Malgré tous les préparatifs et lectures sur le sujet, le passage à la pratique est un véritable saut dans le vide. Pourtant, la société aime à dire que la naissance est la période la plus heureuse de la vie. Que les enfants sont des anges et que les jeunes femmes éveillent en eux l’instinct maternel qui leur permet de maîtriser parfaitement la situation.

Le mot doit être libéré pour faire la différence

Brigitte Macron veut mettre fin à cette idéalisation de l’accouchement et de la maternité. Parce qu’elle veut être utile aux enfants et à leurs parents. Alors, elle va raconter un moment extrêmement personnel de sa vie. Plutôt que de faire de grands discours sur la place des femmes dans la société, la Première Dame racontera son expérience privée de l’écart entre l’image d’une jeune mère dans la société et la réalité. Pour un entretien avec Elle, Brigitte Macron évoque son premier accouchement, le moment où elle devient mère et la panique générale qui va avec. Avec douceur, gentillesse et sincérité, elle déconstruira le mythe de la jeune maman céleste. Parce que ce mythe est trop lourd pour les jeunes mères.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ELLE (@ellefr) le

La Première Dame parle de son expérience personnelle et privée

L’épouse du président de la République a donc eu trois enfants. Un garçon et deux filles. Sa première expérience d’accouchement est donc pour la naissance de Sébastien en 1975. Elle aura ensuite Laurence en 1977 et Tiphaine en 1984. Et Brigitte Macron évoquera pour la première fois des souvenirs très personnels et privés, pour la bonne nouvelle et les futures mamans. Car ce sont toutes les femmes de la planète qui connaissent les mêmes angoisses et la même pression. La Première Dame commence alors par expliquer qu’il est malheureux que personne n’ose «jamais dire à quel point une jeune mère peut être pauvre». Il est temps de rompre le silence et d’abandonner cette culpabilité.

Pour Brigitte Macron, ses premiers pas, avec son premier bébé dans ses bras, à l’extérieur de la clinique, ont été terrifiants. Elle confie qu’elle voulait renoncer à quitter les infirmières, convaincue qu’elle ne pourrait pas s’occuper de son fils. Terrifiée de ne pas savoir comment le faire et de le mettre en danger. Des peurs absolument normales pour toutes les mères du monde. Le problème est qu’ils sont encore trop rares pour en parler. Les jeunes mères ne sont donc pas pleinement conscientes que le problème ne vient pas d’elle, mais de la conformité de leur réalité avec ce qui est dicté par la société. Et pour éliminer cette lacune aberrante, c’est le mot qui saura agir sur les mœurs.

Brigitte Macron s’implique pour les enfants

En attendant, certaines femmes souffrent seules, terriblement seules, pensant qu’elles seront incapables de faire face à leurs nouveaux rôles de mères. Tout cela parce qu’elles s’imaginent volontiers que les autres mères ne rencontrent pas les mêmes difficultés. Brigitte Macron souhaite donc lever le tabou autour de la grossesse, de l’accouchement et des premiers jours en tant que mère. C’est extrêmement difficile et personne n’a de recettes secrètes. Mais il convient de commencer par refuser cette culpabilité qui n’a pas à l’être. A travers son entretien, Brigitte Macron souhaite continuer ses combats pour aider les enfants. Mais cela peut parfaitement passer par l’aide aux mères. Sans ce monstre de culpabilité, les mamans se retrouveront soulagées d’un poids qu’elles ne devraient pas porter et qui affecte la façon dont elles élèvent leurs enfants.

Pour mettre fin aux violences faites aux enfants, Brigitte Macron envisage toutes les pistes possibles. «Un enfant meurt tous les quatre jours en France sous les coups d’un parent ou d’un proche. Ce chiffre semble impossible. Inimaginable. Intolérable. C’est pourtant tragiquement réel. Et c’est bien aujourd’hui dans notre pays que cela se passe. le nombre frissonne dans le dos, mais la situation est bien plus grave que ça. Parce qu’un enfant maltraité ne gonfle pas toujours une statistique macabre de mortalité infantile. »Le dossier d’Elle est complet et Brigitte Brown apporte sa pierre à l’immeuble.

(Visited 1 692 times, 19 visits today)
Close