Coup de tonnerre dans l’affaire Jubillar : Cet échange tendu entre Cédric et sa mère à la gendarmerie

Source : femmeactuelle.fr

Cédric: Depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020, nul ne sait ce qui est advenu de Delphine Jubillar. Les théories sont aussi nombreuses que les interrogations. L’affaire a tellement fait couler d’encre que le journaliste Ronan Folgoas en a fait un livre Le Mystère Jubillar

Le Mystère Jubillar

N’espérez pas trouver le fin mot de l’affaire dans cet ouvrage. Il est surtout fait pour expliquer les enjeux de ce fait divers. Le Mystère Jubillar est le fruit d’un an d’enquête approfondi sur le sujet. 

Il est question de la personnalité de Cédric Jubillar, le principal suspect. Les lecteurs en sauront également davantage sur les difficultés que traversait le couple avant ce fameux soir de décembre. 

Entre les pistes qui ont été jugées sérieuses et les théories qui ont fait la Une, l’ouvrage de Ronan Folgoas est donc un outil intéressant pour comprendre ce fait divers. D’autant plus qu’il révèle des documents judiciaires inédits et des témoignages exclusifs.

Cedric Jubillar reste en détention provisoire

De l’eau a coulé sous les ponts depuis la disparition de Delphine Jubillar. Dans le cadre de leurs investigations, les gendarmes ont trouvé des éléments troublants au sujet du comportement de Cédric. Les soupçons qui pesaient sur ce dernier étaient si forts que l’artisan a été inculpé puis détenu provisoirement.

Ainsi, c’est dans une cellule de la maison de rétention de Toulouse-Seysses que Cédric loge depuis le mois de juin 2021. Malgré l’absence de preuves accablantes, les éléments concordants et les propos contradictoires du prévenu ont conduit la justice à rejeter sa demande de liberté conditionnelle au mois de mars 2022. 

Depuis le début de cette affaire, Nadine a toujours pris la défense de son fils. À ses yeux, l’artisan peintre-plaquiste ne faisait que payer le prix de son statut de « coupable idéal ». Pour elle, il était donc urgent de le soutenir. De son côté, le père de famille n’a jamais cessé de clamer son innocence.

Cedric Jubillar est d’ailleurs présumé innocent jusqu’au jugement définitif de cette affaire. Avec le temps, les nouveaux éléments découverts par les enquêteurs semblent avoir eu raison de la confiance qu’elle avait pour son fils.

Sa mère a cessé de lui faire confiance

Dans son œuvre, celui qui travaille au sein du quotidien régional Le Parisien-Aujourd’hui-en-France, raconte un échange qu’il a eu avec la mère du jeune homme. D’après son récit, Nadine semblait bouleversée par ce que les gendarmes lui ont montré.

« Elle en est ressortie complètement chavirée, elle commence à croire que son fils est peut-être coupable du meurtre de sa femme », raconte le journaliste.

Un échange tendu est même survenu entre mère et fils lorsque Nadine en a parlé à son fils. Un brin provocateur, ce dernier accuse même les gendarmes et la presse d’avoir manipulé sa mère. Il persiste et signe, Cédric Jubillar continue à clamer son innocence malgré le fait que sa mère commence à douter de ses dires.

« Avec tout ce que vous lui avez dit, c’est normal qu’elle croit que c’est moi », dit-il.

Une discussion sans équivoque

Au mois de septembre 2021, la mère de Cédric Jubillar s’est confiée à un voyant dans une émission de 100 % Radio. Cet appel téléphonique a été enregistré sans qu’elle soit au courant. Lors de cet échange, elle avait avoué sa certitude quant à la culpabilité de son fils. Et ce, malgré le fait qu’elle l’avait toujours soutenu avant sa garde à vue.

« J’étais persuadée de l’innocence de mon fils, après la garde à vue et tout ce que m’ont montré les gendarmes, je suis malheureusement persuadée de la culpabilité de mon fils », a-t-elle confié.

Elle a ajouté qu’elle se sent mal vis-à-vis de la situation et souhaite que l’on retrouve au plus vite la dépouille de Delphine Jubillar pour que la famille puisse lui offrir une sépulture décente.

La station de radio l’a recontactée quelque temps plus tard pour l’interroger. Cette fois-ci, elle a répondu aux questions en présence de son avocat tout en nuançant ses propos. Sans véritablement démentir ce qui a été dit, Nadine a déclaré qu’elle laisse désormais à la justice de faire son métier. Elle a ajouté que la discussion avec le voyant faisait partie du cadre privé.