Dernières nouvelles sur l’affaire Jubillar : le corps de la jeune femme bientôt retrouvé ?

Source : nextplz.fr

l’affaire Jubillar: Jusqu’à l’heure, le dossier concernant l’enquête sur la disparition de Delphine Jubillar a encore des éléments manquants. Mais les personnes en charge de cette affaire ont opté pour de nouvelles stratégies pour retrouver le corps de la jeune infirmière.

Dans la nuit du 16 au 17 décembre 2020, la jeune mère de 33 ans a disparu. Et depuis, la mère de famille n’a plus donné signe de vie. Au fil des mois, l’enquête a conduit aux révélations sur la sphère familiale de la jeune femme.

« Une demande d’entraide internationale »

Malgré les fouilles approfondies, et les preuves mettant en cause son mari Cédric Jubillar, la mère de deux enfants reste introuvable. Pour sortir de cette impasse, les enquêteurs ont décidé de recourir au service Google pour localiser la disparue. Cette disposition permettrait en effet de transmettre les données GPS du mari de Delphine Jubillar.



Le but est de savoir où était allé Cédric Jubillar dans la nuit où sa femme a disparu. Pour les personnes chargées de l’enquête, cela permettrait de sortir de l’impasse et éclaircir les preuves accablant le principal suspect. Ces données permettront également de connaître les lieux où le mari s’est déplacé les semaines avant la disparition de la mère de ses enfants.

Le procédé de localisation permettrait donc de retrouver le corps de la jeune femme de 33 ans disparue en 2020. Les personnes en charge du dossier doivent cependant patienter. La justice américaine, dans le cadre d’une entraide internationale, a demandé à Google de communiquer à la gendarmerie française les données GPS du père de famille. Mais l’entreprise américaine de protection de données personnelles n’a pas encore donné de réponse.

De nouvelles auditions des parties civiles

Malgré les nombreuses auditions, les circonstances de la disparition de l’épouse de Cédric Jubillar restent incertaines. Ainsi, les deux juges d’instruction chargés du dossier ont demandé de nouvelles auditions.


Ce vendredi 1er avril, les parties civiles vont, à cet effet, être entendues à partir de 9 h. Les membres de la famille de la disparue dont son oncle, sa tante, son cousin et ses deux cousines vont, encore une fois, être auditionnés.

Quant à Cédric Jubillar, il se trouve encore en détention provisoire. C’était en juin 2021 qu’il a été mis en examen pour le meurtre aggravé de sa femme. Ses avocats ont formulé quatre demandes de remise en liberté, mais elles ont toutes été rejetées.

Malgré les rejets, ses défenseurs insistent sur le fait que la justice n’a aucune preuve irréfutable pour le retenir. Mais de leur côté, les enquêteurs disent avoir assez d’éléments pour maintenir l’homme de 34 ans.

Les éléments essentiels du dossier

Selon l’avocat de la partie civile, Me Pressecq, détenir le principal suspect en prison est tout à fait raisonnable. Si la justice n’a fait aucune déclaration sur les éléments qui l’accablent, c’est pour protéger les preuves et indices collectés. Cela permettrait aussi, d’après l’avocat, d’éviter les pressions sur l’enquête et les témoins.

Toutefois, ni scène de crime ni piste pour identifier un suspect n’a été trouvé. De son côté, Cédric Jubillar continue de nier son implication dans cette disparition. Pour maître Pressecq, la découverte de l’amant de Delphine Jubillar est un mobile qui tient l’époux trahi.

« Il était désespéré quand il a senti qu’elle lui échappait. Il a complètement dévissé. Donc nous avons un mobile. Il n’a pas supporté que sa femme puisse le quitter. Peut-être qu’il voudra libérer sa conscience un jour », a déclaré l’avocat.

D’après l’avocat, plusieurs éléments prouvent que Delphine Jubillar a été victime d’un acte criminel. D’abord, la voiture de l’infirmière aurait changé de sens de stationnement, la nuit de sa disparition. Ensuite, une condensation a été trouvée sur la vitre du véhicule. Ce qui laisse croire que sa voiture a été déplacée et que quelqu’un est entré dans la voiture quelques heures avant l’arrivée des enquêteurs.

À ces éléments suspects s’ajoutent les mensonges de Cédric pendant ses auditions. Il aurait également menacé sa femme pendant une dispute, en disant qu’il allait l’enterrer vivante.

De leur côté, les avocats de Cédric ont déclaré que rien d’intéressant n’a été trouvé dans la voiture. Les enquêteurs n’auraient trouvé ni trace d’ADN, ni boue, ni terre. Rien de probant qui puisse inculper le suspect.