Inflation : 60 Millions de consommateurs alerte sur la flambée du prix de la viande

Source : AFP

Inflation: Si le pouvoir d’achat est la première préoccupation des Français, cette nouvelle risque fort de peser sur le moral des ménages. En effet, il y a de quoi s’inquiéter parce que tous les produits de base connaissent aujourd’hui une hausse de prix.

D’après un rapport de l’institut NielsenIQ qui a été relayé par la suite par le magazine spécialisé dans la défense des consommateurs « 60 Millions de consommateurs », 68 % des produits alimentaires consommés dans l’Hexagone sont actuellement touchés par l’inflation. Parmi les produits cités, on a les œufs, l’huile et la farine.

Un tableau de bord de l’inflation

Cette inflation préoccupante a poussé le magazine à créer un « Observatoire de l’inflation ». « 60 Millions de consommateurs » et NielsenIQ surveillent les évolutions des prix des produits de première nécessité et les publient dans un tableau de bord. Afin de mieux comprendre l’inflation que l’on subit actuellement, voici quelques exemples parmi les 31 produits surveillés :

Le prix des pâtes a augmenté de 12,3 % entre le mois de mars 2021 et mars 2022. La viande surgelée a aussi subi une hausse de 4,2 % sur la même période. En y regardant de plus près, on découvre que ce sont les viandes dites de « premier prix » qui ont le plus augmenté avec 5,6 % de hausse en un an. Avec elles, il y a les viandes issues de marques de la grande distribution qui ont pris 5,8 % de hausse.

La viande de bœuf est plus chère que jamais

Juste derrière le prix des pâtes alimentaires, la viande surgelée est le second produit le plus touché par l’inflation actuelle. Les viandes les plus touchées par l’inflation actuelle sont : le lapin, le veau, la pintade et le canard.

La viande de lapin a pris +6,3 % au début du mois de mars 2022. Quant à la viande de bœuf, elle est partie pour atteindre des sommets. Les prix ont augmenté de 6,3 % ce qui est du « jamais vu », d’après le magazine spécialisé dans la défense des consommateurs.

De son côté, la viande porcine est relativement épargnée par la crise. Du moins, pour l’instant. Face à cette situation, les Français se sont adaptés en consommant de plus en plus de poulet. Résultat, son prix a augmenté de 2,5 % ces derniers mois.

Le pire est à venir

La raison de cette flambée des prix se trouve dans l’augmentation des coûts des produits d’alimentation animale ainsi que le coût de l’énergie. Le pire, c’est que les agriculteurs ne sont pas près d’entrevoir la lumière au bout du tunnel.

Le conflit qui se déroule en ce moment en Ukraine va aggraver les choses en engendrant de nombreuses difficultés en matière d’approvisionnement de gaz et de blé. Il faut dire que ce pays d’Europe de l’Est était un important exportateur de tournesol et de tourteaux à destination des élevages. Malheureusement, la production est paralysée par la guerre.

Les familles modestes sont les premières victimes

Le magazine spécialisé dans la défense des consommateurs affirme que le coût du panier des consommateurs Français a augmenté de 3,27 % en un an. Le constat est alarmant, car 60 Millions de consommateurs, les produits de base tels que la boîte de haricots, la farine, l’huile d’olive ou le paquet de céréales deviennent de plus en plus chers. Sans surprise, ce sont les familles les plus modestes qui en sont les principales victimes.

L’inflation passe le cap des 4 % en mars 

D’après une étude publiée le jeudi 31 mars par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), l’inflation a atteint 4,5 % sur un an en mars. Selon le Ministère du Travail, cette inflation entraînera une augmentation automatique du Smic au mois de mai.

Cela s’évalue entre 2,4 % et 2,6 % selon les calculs de L’hôtel du Châtelet, mais le taux exact ne devrait pas être annoncé avant le 15 avril 2022.

Partagez votre avis