Ingrid Chauvin en deuil : sa fille influence ses choix d'adoptions?

Publié par : 18 h 33 min Peoples & Co

Ingrid Chauvin en deuil : sa fille influence ses choix d’adoptions?

Ce 4 juillet, Ingrid Chauvin se confiait en 50min à l’intérieur de sa difficulté à accepter qu’elle ne pouvait pas, avec son mari, adopter un enfant en France après des années de tentatives … Une constatation d’autant plus douloureuse qu’elle y voit un lien avec la perte de sa fille, Jade.

Un besoin “viscéral”. Après le décès de leur fille, Jade, à l’âge de cinq mois en 2014, Thierry Peythieu et Ingrid Chauvin avaient entamé une longue procédure pour pouvoir adopter un enfant. Deux ans plus tard, les deux conjoints ont eu la chance de donner naissance à un petit garçon, nommé Tom. Depuis lors, ils n’ont cessé de s’engager dans la procédure d’adoption d’un enfant. Mais depuis l’année dernière, le couple n’a plus eu de nouvelles des autorités en charge de l’adoption en France. Ils n’avaient d’autre choix que de se résigner.

“Il est peut-être temps de commencer le deuil, pour mon mari et moi mais aussi pour Tom, notre fils, car on en parle beaucoup“, a-t-elle confié à Télé Star en juillet.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Belle journée à tous , je vous embrasse 🌟 C est quoi votre programme du jour ? Pour moi tournage 🎬. #enjoy #happy #smile #work #life @dna_tf1 @tf1

Una publicación compartida de Ingrid Chauvin (@ingrid_chauvin_officiel) el

“Nous étions vus comme un couple endeuillé”

Un travail de réception d’autant plus frontal que l’approbation d’Ingrid Chauvin et de Thierry Peythieu s’est terminée en novembre dernier. “Je sais maintenant que notre dossier ne réussira pas. Je suis en colère. Mais mon combat n’est pas terminé”, a expliqué la jeune maman dans les colonnes de Télé Star. Le combat est loin d’être terminé car l’actrice vedette de Tomorrow nous appartient. Mais Ingrid Chauvin se dit frustrée par les dernières années d’attente.

La frustration vient du fait que lorsque nous démarrons ce projet, nous rencontrons des psychologues, des travailleurs sociaux … Un certain nombre de personnes qui nous avaient dit, à propos de nous, que nous devions être patients, que cela pouvait être compliqué mais que a priori au bout de deux ans, deux ans et demi on pourrait avoir la possibilité d’accueillir un enfant “, confiait-elle aux caméras de 50min Inside, diffusées le 4 juillet.

Ingrid Chauvin se rappelle donc des années de “montagnes russes” comme elle les appelle. “Soudain, nous croyons très fort et nous préparons la salle et puis soudain nous croyons plus.” Pour elle et son mari Thierry Peythieu, le deuil de leur petit Jade aurait pu influencer leur dossier auprès de l’administration française … “Peut-être qu’au début on nous voyait comme un couple endeuillé. Peut-être que” c’était délicat pour eux. Et pourtant notre fils, Tom, maintenant âgé de quatre ans, est extrêmement épanoui et se porte très bien “, a-t-elle conclu. Mais comme elle le répète toujours:” J’y passerai toute ma vie, mais je ne renoncerai pas à bouger les lignes de la protection de l’enfance “.

(Visited 5 971 times, 1 visits today)
Close