Nicolas Sarkozy dévoile une opération chirurgicale super secrète quand il était président

Publié par : 22 h 15 min Peoples & Co

Nicolas Sarkozy dévoile une opération chirurgicale super secrète quand il était président

Jeudi 10 septembre, Nicolas Sarkozy était l’invité de Yann Barthès dans Quotidien. L’ancien président de la République a raconté son opération chirurgicale effectuée dans le plus grand secret lors de sa rencontre avec le roi du Maroc.

Une fois n’est pas coutume, Nicolas Sarkozy est de retour. Pas en politique (pour l’instant?) Mais en librairie, avec son livre Le Temps des tempêtes qui revient sur ses deux premières années à l’Elysée. Un livre qui fait fureur dans les librairies et dont il a décidé de venir discuter sur le plateau des Quotidiens. L’occasion pour Yann Barthès de poser des questions à l’ancien président de la République sur ses 5 années de mandat. L’occasion pour Nicolas Sarkozy, de son côté, d’évoquer un moment très secret et très surprenant de son histoire au sommet de l’Etat.

“J’étais livide”

En 2007, alors qu’il venait d’être élu président de la République, Nicolas Sarkozy a été invité au Maroc pour rencontrer le roi Mohammed VI. Mais le week-end avant de partir, le mari de Carla Bruni a souffert d’un grave mal de gorge. Son médecin personnel l’examine et prend une décision forte: “Il me regarde, je vois qu’il devient blanc et il me dit ‘Je t’enverrai tout de suite au Val-de-Grâce'”, dit-il au Quotidien planche.

Il est en effet atteint de phlegmon dans la gorge, une infection violente qui doit être opérée d’urgence. Mais le président veut absolument se rendre au Maroc et ne pas montrer son état de forme car “personne ne l’aurait cru”. «Je dis au médecin que je dois opérer tout de suite, il me répond ‘mais je vais te faire du mal’, je lui dis fais ton boulot je fais le mien, je suis entré de mes deux jambes je sors sur mes deux jambes », poursuit le mari de Carla Bruni. Opéré une seconde fois le lendemain, il s’est néanmoins rendu au Maroc dans un très mauvais état, avec une sonde au bras.« Dans l’avion, j’ai dit à la personne qui a mis mon maquillage “force sur le maquillage, vraiment force”, parce que j’étais livide “, conclut Nicolas Sakozy. Plus fort que la douleur.

(Visited 1 918 times, 4 visits today)
Close