Retraite : voici 5 conseils magiques pour l’optimiser, toutes les infos

Source : francebleu.fr

La méconnaissance de vos droits peut vous priver d’une partie de vos revenus.

Si dans la vie active, la possibilité d’une augmentation de salaire est envisageable, la pension évolue très peu. Arrivé à un certain âge, il faut prêter attention aux moyens que vous avez pour optimiser votre pension.

Connaître ses droits

Cela paraît être un détail ou une évidence, mais c’est la chose la plus importante à faire. Consultez vos droits. Calculez vos points et vos trimestres. Pour ce faire, il faut créer un compte sur info-retraite.fr et établir un relevé de carrière.


Une fois rempli, vérifiez bien si tout a été reporté. Les trimestres acquis dans un pays ayant une convention de Sécu avec la France manquent parfois. L’erreur est tout à fait possible sur le décompte des points.

Un examen minutieux vous permettra de les corriger. Pour ce faire, il suffit d’envoyer les pièces justificatives par courrier à la caisse de retraite.

Estimation du parcours retraite

Le relevé de carrière permet de savoir quand vous allez partir en retraite. Il apporte aussi des précisions sur votre « taux plein ». Combien de temps devriez-vous encore travailler pour l’atteindre ? Pour répondre à cette question, il suffit de comparer le nombre de trimestres acquis et ceux qui restent à obtenir en fonction de votre génération.


À titre d’exemple, une personne âgée de soixante-deux ans à qui il manque six trimestres devra travailler une année et demie supplémentaire. Et cela, à moins de se résoudre à percevoir des pensions viagères minorées.

Déterminez le moment opportun pour faire valoir vos droits selon votre situation en allant sur toujours sur info-retraite.fr.

Pensez à la « surcote »  

Afin d’optimiser vos pensions, vous pourrez travailler au-delà de l’âge légal relatif à votre taux plein. Cela devrait vous permettre d’obtenir 5 % de majoration par an. Les points Agirc-Arrco acquis en plus pourront aussi compléter tout cela.

Avoir quatre trimestres supplémentaires vous évitera le malus Agirc-Arrco tout en gagnant 10 % à 30 % de « bonus » sur sa pension Agirc-Arrco. 

« La surcote est pertinente lorsque le salaire de fin de carrière est beaucoup plus élevé que celui du début. Elle l’est également pour un salarié ayant travaillé à l’international, car il va améliorer sa faible retraite, liée à une carrière courte en France », indique Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite.

L’option d’une retraite progressive

Au cas où vous auriez choisi de travailler plus pour bénéficier d’une surcote, la retraite progressive est peut-être faite pour vous. C’est un régime destiné aux sexagénaires qui ont accumulé 150 trimestres de retraite cotisés ou assimilés. En cas de maladie, vous pourrez lever le pied sans trop en perdre en matière de revenu. 

La retraite progressive permet de continuer son activité de manière partielle. Cela représente 40 % à 80 % du temps du plein temps exercé auparavant. 

À titre d’exemple, si vous travaillez à 70 % du temps plein préexistant, vous toucherez 30 %. Ce régime permet également de ne perdre aucun trimestre retraite ni aucun point Agirc-Arrco. Notons tout de même que pendant la retraite progressive, l’employeur a le droit de refuser de continuer les cotisations retraite. Toutefois, si ce dernier y consent, ce sera l’employé qui sera content.

Acheter des trimestres 

Lorsque l’âge légal de retraite est proche et que le taux plein semble encore trop loin, il vous reste deux solutions, soit vous continuez à travailler, soit vous achetez des trimestres. Il y a cependant des limitations à cela. Une personne ayant fait des études supérieures ou une personne ayant compilé des années incomplètes pourrait acheter jusqu’à 12 trimestres. 

Les trimestres rachetés peuvent servir à atténuer les effets de la décote sur la retraite de base. Vous percevrez donc vos pensions à taux plein. Le rachat de trimestre est d’autant plus intéressant que les sommes versées sont exonérées d’impôt. 

« Cette opération ne peut s’envisager que lorsque l’on a une bonne visibilité sur ses droits retraite, le devenir de la réglementation et le déroulé de sa fin de carrière professionnelle », explique Pascale Gauthier, associée chez Novelvy Retraite.